Un état d’être naturel qui se caractérise par l’état modifié de la conscience, l’hypnose constitue une voie royale d’accès à l’inconscient. Un professionnel dans ce domaine définit l’inconscient comme « le grand réservoir de ressources » qui renferme toutes les émotions du passé. Quand une situation se présente, ces émotions peuvent refaire surface, et l’individu peut sentir une impression de déjà vécu qui peut lui générer des bouleversements.

L’utilité de l’hypnose réside sur deux principaux éléments. D’une part, il permet à l’individu de retrouver un souvenir enfoui dans le passé qui pourrait constituer la cause du bouleversement. D’autre part, il peut lui servir de guide sur les attitudes à adopter dans une situation donnée. Ce qui implique que, la séance d’hypnose peut tout à fait aider un individu à reprendre confiance en soi et à vaincre sa timidité.

 

L’hypnose pour vaincre la timidité

hypnoseLa timidité se construit sur un problème de confiance en soi. Dans ce sens, il est primordial que l’individu admette ce manque de confiance en soi afin que l’hypnotiseur puisse l’initier à trouver la solution adaptée à son problème. La confiance en soi constitue une qualité inconsciente qui se dissimule dans le grand réservoir de ressources de l’individu. Il peut tout à fait arriver à la retrouver lors d’une séance d’hypnose.

Il lui est très difficile de procéder à cette recherche et de développer cette confiance en soi sans l’aide d’un hypnotiseur. Il est important de préciser qu’ici, il ne s’agit nullement de l’hypnose de spectacle où le pratiquant ne vise qu’à divertir ses spectateurs. L’intervention de l’hypnotiseur vise un objectif thérapeutique afin que l’individu puisse se détendre et se relaxer. Cela lui permet de réaliser un travail sur soi-même et sur son inconscient de manière à ce qu’il puisse vaincre sa timidité, et reprendre confiance en soi.

 

L’hypnose, un lien de confiance avant tout

Dans cette optique, l’accès à son inconscient contribue à aider l’individu à résoudre les blocages et les perceptions négatives qu’il a sur lui-même. Il faut savoir qu’il existe deux approches permettant de mettre en œuvre cette pratique : l’hypnose classique et l’ericksonienne. Pour la première pratique, l’hypnotiseur fait usage des suggestions directes et post-hypnotiques, du théâtre mental ou visualisation et des tâches thérapeutiques. La seconde pratique consiste en une séance qui ne vise pas à soigner une maladie ou un symptôme, mais plutôt une personne. Un lien se crée entre le pratiquant et le particulier. Ce lien leur permet de faire des partages, de concevoir une relation de confiance garantissant le succès de la thérapie.

 

Cette pratique est très utilisée dans le cadre de la thérapie, bien qu’elle dépasse incontestablement la psychothérapie. Certes, elle ne constitue pas une science de fait. Il est clair que les démarches à suivre lors de la thérapie ne présentent aucune approche pragmatique, vu que l’hypnotiseur travaille sur l’état de conscience et d’inconscience de l’individu. Toutefois, le résultat est réellement incontestable. Les énergies négatives et les émotions fortes entrainant des blocages sur un individu peuvent effectivement générer des conséquences percevables à l’extérieur, notamment des souffrances physiques, ou même des maladies comme une douleur aigüe ou chronique, des phobies, de l’anxiété et des dépressions, des addictions… C’est la raison pour laquelle certains professionnels œuvrant dans le domaine médical n’hésitent pas à faire usage de cette pratique pour traiter certaines maladies. À noter que, de nombreux centres hospitaliers dans différents pays européens pratiquent des interventions chirurgicales sous hypnose avec succès.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *